My Why

Photographier la rue au Maroc est un projet global dans sa démarche englobante de la condition humaine et qui essaie de photographier des gens en paix dans les rues marocaines, une tâche qui demande au photographe une certaine façon de se faire oublier et d’assurer un travail de documentation libre de toute orientation politique ou doctrinale. Ma démarche n’était ni dans le noircissement de l’état des choses d’un Maroc contemporain ni le glissement facile dans le cliché mercantile.

Entrer dans cet instant de paix des gens, facilité par les gestes et les mouvements, est l’ossature de ce projet qui fait l’éloge de l’humanité en paix avec la rue. Ce sont des mouvements paisibles dans la façon avec laquelle ils s’expriment, avec une certaine acceptation de la photographie de rue et du photographe de rue sans qu’ils n’échangent de regard approbateur ni désapprobateur de la prise photo.

La photographie de rue est un processus long d’observation, de compréhension et d’apprentissage de la vie dont les acteurs sont les humains dans un espace ouvert. Ces photographies sereines ont étés prise dans une quasi annulation de la conscience photographique chez le sujet, et dans un but de documentation de l’instant-vie, de la réalisation de clichés photographiques saufs des aléas de l’observateur observé. L’humain, l’espace public et le temps y sont à la fois une composante unique mais aussi un trio de composants libres et distincts.

Ce trio est une nécessité car c’est d’elle que découle toute l’histoire spirituelle de la photo prise dont seul le photographe est en mesure de garder la trace et aussi de jouer son rôle humanisant. On me pose souvent des questions comme « Pourquoi vous prenez des photos de la rue? , Pourquoi vous photographiez les gens? » Répondre à cette question n’a jamais été un exercice facile puisque le photographe lui même n’est jamais en mesure d’y répondre d’une manière tranchée : Chaque instant photographique est vécu différemment à chaque fois.La recherche de la réponse se trouve peut être dans la singularité de chaque photographe de rue car chacun est unique dans sa démarche, dans le but recherché et encore plus son ultime espoir artistique.

Je prends les gens en photo car j’aime l’instant qu’ils sont en train de vivre et je veux pérenniser cette joie de vivre ou cet instant de tristesse par le choix d’un instant précis qui hisse l’humain au plus haut sommet. Photographier les gens, c’est se permettre de toucher au fond de leur âme et pouvoir faire un choix parmi des millions de choix possibles. Documenter la vie d’un humain vaut toutes les drogues du monde et y arriver sans se faire remarquer est encore plus jouissif que toutes les addictions les plus fortes. La présence humaine me permet de visualiser la mienne, de pouvoir me questionner moi-même sur la possibilité de ma réincarnation dans chaque sujet photographique et de vivre dans chaque fragment et chaque détail de la réalité photographique.

 

Abderrahman Amazzal